Hotel Sant Roc : notre histoire

( Nuits)
Sant Roc

1953

Nos origines

L’Hotel Sant Roc ouvre ses portes par une nuit pluvieuse du mois de juin 1955, mais le commencement de cette histoire remonte deux ans auparavant lorsque Joan Boix et son épouse Neus acquièrent un petit terrain sur un pic rocheux au sud de Calella, dans l’intention d’y construire une maison de vacances pour la famille. La Costa Brava est encore un trésor à découvrir et les touristes commencent à peine à s’y intéresser. Ces premiers touristes, qui choisissent les destinations de S’Agaró et Aiguablava, représentent ce qu’on appelait le « tourisme de classe ».

Les premiers pas

L’arrivée du tourisme

Mis à part l’hôtel, un embarcadère est bâti, les rochers sont aplanis afin d’y construire un solarium avec des parasols, et des escaliers de 112 marches sont construits pour permettre un accès depuis l’hôtel. Tout cela forme un environnement merveilleux et un ensemble harmonieux.

Les Français arrivent en masse, suivis des Catalans et de quelques Anglais distraits. Mais tous ceux qui découvrent ce petit morceau de la Costa Brava tombent sous le charme et reviennent l’année suivante. Parmi ces pionniers, il y a des notables de la société française et de la bourgeoisie barcelonaise. Certains de ces premiers clients nous rendent encore visite aujourd’hui, ce qui nous ravit au plus haut point.

Les années 50

Luxe et exclusivité

Dans la décennie des années cinquante, le concept de tourisme et le fait de séjourner dans un hôtel sont réservés à la haute société. Les clients viennent séjourner parfois pendant trois mois. Il s’agit de familles nombreuses, accompagnées de leurs propres domestiques qui, pendant quelques mois, s’installent à l’hôtel comme dans leur propre foyer.

Les années 70

Ces soirées inoubliables

Joan Boix conçoit l’hôtel comme un lieu de repos mais également comme un établissement où loisirs et divertissement sont indispensables. Les vendredis du Sant Roc sont des rendez-vous incontournables des nuits de la Costa Brava, une Costa Brava, qui pendant les années soixante, compte parmi ses « acteurs » de la nuit, des personnages illustres comme le Gitano de Llafranc ou Tomás Cervera du Chez Tomas. L’orchestre surplombe les invités grâce à une estrade installée en hauteur, piano compris, et des artistes comme Carmen Amaya, la Chunga et José de la Vega font le bonheur des touristes bouche bée.

Des années 80 à nos jours

La troisième génération

À la fin des années quatre-vingts, l’hôtellerie est en plein bouleversement. Le client fait des séjours plus courts et demande plus de services, et tout cela exige un changement d’orientation. L’hôtel met tout en œuvre pour continuer à fournir un service de qualité et pour améliorer toute son infrastructure. De nos jours, la troisième génération s’attache à diriger l’hôtel et à poursuivre, apparemment, dans le même esprit de service que grand-père Joan. Une génération qui fait son entrée avec énergie et enthousiasme.